Apiculture: le blog d'un apiculteur français

9 avril, 2008

Plante mellifère – la sauge (salvia)

Filed under: flore mellifère — Étiquettes : , , , , — payperclickmarketing @ 1:51

Les sauges (nom scientifique : Salvia) sont un genre de plantes de la famille des Lamiacées qui comprend plus de 900 espèces, annuelles, bisannuelles, vivaces ou arbustives. Une dizaine d’entre elles sont indigènes en Europe, la sauge des prés par exemple.

Le nom vient du latin salvare, « sauver ». Certaines espèces de sauge, principalement la sauge officinale, possèdent en effet de nombreuses vertus médicinales. Elles étaient considérées au Moyen Âge comme une panacée. Les sommités fleuries et les feuilles de deux espèces principalement, la sauge sclarée (Salvia sclarea) et la sauge officinale (Salvia officinalis), étaient utilisées en infusions et décoctions. Certaines espèces de sauges, comme la Salvia divinorum (connue localement sous des noms divers comme hojas de la pastora ou yerba de María), sont encore employées dans les rites chamaniques de certaines tribus d’Indiens d’Amérique.

De nos jours, la sauge est surtout employée comme herbe aromatique. Son goût est puissant, légèrement amer et camphré. Elle se marie bien avec le porc et les plats à base de volaille (poulet, dinde, canard).
De nombreuses recettes de légumes font appel à la sauge pour aromatiser les plats (pomme de terre, féculents,…).
Elle est utilisée dans des préparations comme l’aïga bolhida ou l’arista (carré de porc rôti).
Enfin, certaines espèces sont purement ornementales.

Caractéristiques générales

Aire de répartition

On la retrouve dans toutes les zones tempérées, sur des sols bien drainés et les sites doivent être bien ensoleillés. Sur sol argileux faire un apport de sable.

Un peu d’histoire

Sauge officinale

La sauge était une des plantes salvatrices du Moyen Âge. Reconnue par les Chinois, ces derniers n’hésitaient pas à échanger leurs feuilles de thé les plus précieuses contre des feuilles de sauge. Louis XIV en avait même fait sa tisane d’élection et en servait à tout propos. Les Grecs, les Romains et les Arabes l’employaient communément comme tonique et en compresse contre les morsures de serpent. Au XVIe siècle, le botaniste Jacob Tabernae-Montanus raconte que les femmes égyptiennes avaient l’habitude de boire du jus de sauge pour accroître leur fertilité.

Au XVIIIe siècle, on roule les feuilles de sauge comme des cigarettes. Tous les asthmatiques se mettaient à fumer de la sauge dès l’apparition du premier pollen printanier. La plante était associée avec l’immortalité et la longévité. Certains groupes d’Amérindiens mélangeaient la sauge avec de la graisse d’ours pour guérir les problèmes de peau. On a aussi utilisé la plante pour traiter les verrues.

« Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin » (dicton provençal)

Dans l’ère préhispanique et depuis l’antiquité, les Aztèques (et avant eux, les Mayas) ont cultivé une variété locale de sauge, le « chia » (Salvia hispanica), qui a donné son nom à l’État mexicain du Chiapas (eaux/rivière du chia) ; les graines de chia constituaient alors la troisième source alimentaire végétale après les variétés de maïs et de de blé. La culture de chia a ensuite presque disparu pour ne subsister qu’à l’état sauvage, pour des raisons politiques et religieuses (car la graine servait aussi de monnaie d’échange et dans les offrandes rituelles). On redécouvre aujourd’hui ses vertus en matière de nutrition, car sa petite graine ovale ou ronde (d’environ 1 mm de diamètre), généralement grise, mélée de taches noires ou blanches, et qu’on peu consommer de la même façon que le riz ou la semoule de blé, est très riche en acides gras polyinsaturés cis (dont plus de 60% d’oméga-3) et pratiquement exempte de tout composé toxique (notamment, absence de ricine et produits similaires) ou phyto-hormonal.

Aujourd’hui à nouveau cultivée en Amérique centrale et dans le sud des États-Unis, la graine de chia est une source alternative d’oméga-3, préférable au soja ou même à la graine de lin qui font l’objet de surveillance de la part des autorités sanitaires à cause de leur trop fort apport en flavonoïdes actifs (propriétés hormonales comparable aux œstrogènes) ou aux huiles de poisson (dont la pêche est aujourd’hui limitée et dont les sous-produits ne sont plus exempts de composés polluants). Cette semence fait partie des « nouvelles » espèces alimentaires dont l’usage devrait se développer et faire l’objet de recommandations, d’autant plus que sa culture est nettement moins exigence en resources naturelles que celle du soja et nécessite beaucoup moins d’engrais azotés (polluants des nappes aquifères et de l’atmosphère). En France on la trouve vendue souvent associée à des produits céréaliers comme le boulghour méditerranéen.

Principales espèces

Listes des principales espèces de sauges

  • Salvia aegyptiaca L.

  • Salvia aethiopis L., la sauge d’Éthiopie

  • Salvia africana L.

  • Salvia albocaerulea Linden

  • Salvia algeriensis Desf.

  • Salvia amarissima Ortega

  • Salvia amplexicaulis Lam.

  • Salvia apiana Jeps.

  • Salvia argentea L.

  • Salvia aurea L.

  • Salvia austriaca Jacq.

  • Salvia axillaris Moc. & Sessé ex Benth.

  • Salvia azurea Lam.

  • Salvia bertolonii Vis.

  • Salvia biflora Ruiz & Pav.

  • Salvia bowleyana Dunn

  • Salvia broussonetii Benth.

  • Salvia buchananii Hedge

  • Salvia bulleyana Diels

  • Salvia campanulata Wall. ex Benth.

  • Salvia canariensis L.

  • Salvia candelabrum Boiss., la sauge candélabre

  • Salvia carduacea Benth.

  • Salvia chionantha Boiss.

  • Salvia clevelandii (A. Gray) Greene

  • Salvia coccinea Buc’hoz ex Etl.

  • Salvia columbariae Benth.

  • Salvia darcyi J.Compton

  • Salvia deserta Schangin

  • Salvia dichroa Hook. f.

  • Salvia discolor Kunth

  • Salvia divinorum Epling & Játiva, la sauge des devins

  • Salvia dolicantha E. Peter

  • Salvia dombeyi Epling

  • Salvia dominica L.

  • Salvia dorrii (Kellogg) Abrams

  • Salvia dumetorum Andrz. ex Besser

  • Salvia earlei Wooton & Standl.

  • Salvia eigii Zohary

  • Salvia farinacea Benth.

  • Salvia florida Benth.

  • Salvia forskahlii L.

  • Salvia fruticosa Mill.

  • Salvia funerea M. E. Jones

  • Salvia gesneriflora Lindl.

  • Salvia glutinosa L., la sauge glutineuse

  • Salvia grandiflora Etl.

  • Salvia greggii A. Gray

  • Salvia guaranitica A. St.-Hil. ex Benth.

  • Salvia hempsteadiana S. F. Blake

  • Salvia henryi A. Gray

  • Salvia hians Royle ex Benth.

  • Salvia hierosolymitana Boiss.

  • Salvia hispanica L., la sauge aztèque ou « chia »

  • Salvia indica L.

  • Salvia judaica Boiss.

  • Salvia jurisicii Kosanin

  • Salvia lanigera Poir.

  • Salvia lavandulifolia Vahl

  • Salvia leonuroides Gloxin

  • Salvia leucophylla

  • Salvia limbata C. A. Mey.

  • Salvia lindenii Benth.

  • Salvia lupulina Fernald

  • Salvia lyrata L.

  • Salvia mellifera Greene

  • Salvia mexicana L.

  • Salvia microphylla Kunth

  • Salvia microstegia Boiss. & Balansa

  • Salvia miltiorrhiza Bunge

  • Salvia miniata Fernald

  • Salvia mocinoi Benth.

  • Salvia moorcroftiana Benth.

  • Salvia napifolia Jacq.

  • Salvia occidentalis Sw.

  • Salvia officinalis L., la sauge officinale

  • Salvia oppositiflora Ruiz & Pav.

  • Salvia pachyphylla Epling

  • Salvia palaestina Benth.

  • Salvia patens Cav.

  • Salvia pentstemonoides Kunth & C. D. Bouché

  • Salvia phlomoides Asso

  • Salvia pinnata L.

  • Salvia plebeia R. Br.

  • Salvia polystachya M. Martens & Galeotti

  • Salvia pomifera L.

  • Salvia popenoei S. F. Blake

  • Salvia potus Epling

  • Salvia pratensis L., la sauge des prés

  • Salvia przewalskii Maxim.

  • Salvia reflexa Hornem.

  • Salvia regeliana Trautv.

  • Salvia regla Cav.

  • Salvia rhombifolia Ruiz & Pav.

  • Salvia ringens Sm.

  • Salvia roborowskii Maxim.

  • Salvia roemeriana Scheele

  • Salvia sagittata Ruiz & Pav.

  • Salvia samuelssonii Rech. f.

  • Salvia sclarea L. , la sauge sclarée

  • Salvia sinaloensis Fernald

  • Salvia sonomensis

  • Salvia spinosa L.

  • Salvia splendens Sellow ex Schult., la sauge splendide

  • Salvia squalens Kunth

  • Salvia stenophylla Burch. ex Benth.

  • Salvia ×superba Stapf

  • Salvia sylvestris L., , la sauge sylvestre

  • Salvia syriaca L.

  • Salvia tesquicola Klokov & Pobed.

  • Salvia texana (Scheele) Torr.

  • Salvia tiliifolia Vahl

  • Salvia transsilvanica Schur

  • Salvia tubiflora Sm.

  • Salvia urica Epling

  • Salvia verbenaca L., la sauge verveine

  • Salvia verticillata L., la sauge verticillée

  • Salvia virgata Jacq.

  • Salvia viridis L.

  • Salvia whitehousei Alziar

Confusion

Le Phlomis fruticosa est souvent nommé « sauge de Jérusalem », mais ne fait pas partie du genre Salvia, malgré son aspect visuel comparable, surtout au niveau des feuilles. Il est simplement membre des lamiaceae.

Composition

Diterpènes et triterpènes, salvène, flavonoïdes, huile essentielle à thuyone, tanin.

Propriétés médicinales

Antiseptique, Antispasmodique, Antisudorale, Apéritive, Bactéricide, Calmante, Céphalique, Coronarienne, Digestive, Énergétique, Enraye la montée de lait, Diurétique léger, Emménagogue, Fébrifuge, Laxative, Fluidifiant sanguin, Stimule la mémoire, Tonique. La sauge est également un régulateur hormonal qui agit sur la sphère urinaire féminine en cas de trouble.

sauge officinale

source photo http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e0/Koeh-126.jpg

source photo http://farm1.static.flickr.com/54/157784890_4640d74e0f.jpg?v=0

Salvia farinacea 'Victoria'

source photo http://farm2.static.flickr.com/1060/1215000005_67f317d20f.jpg?v=0

sauge officinale

source photo http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/62/Salvia_officinalis_jfg1.jpg/417px-Salvia_officinalis_jfg1.jpg

source photo http://farm1.static.flickr.com/56/150819889_c611ea8764.jpg?v=0


Salvia sclarea

source photo http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/21/Sauge1.jpg/450px-Sauge1.jpg

sauge en bouton

source photo http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/58/Sage_blooms_in_training.jpg

source photo http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bb/2006-10-30-Salvia03.jpg/383px-2006-10-30-Salvia03.jpg

photo source http://farm3.static.flickr.com/2227/2370888100_ae903d1077.jpg?v=0

Publicités

3 commentaires »

  1. Bonjour ! J’ai trouvé votre blog en fouillant sur le Web à propos de la sauge.

    Actuellement, j’ai un sac de sauge blanche (salvia apiana si je me trompe pas). Lorsque je l’ai acheté, les feuilles étaient normal. Or, hier j’ai découvert que sur plusieurs feuilles il y a des tâches brunes ou ont des boutons noirs.

    La sauge m’a été vendus dans un simple sac transparent et je l’ai mis dans une pièce où il y a peu de soleil. Cependant, il y a une petite fournaise car la pièce est très froide pour travailler.

    L’utilisation que j’en fait est simplement pour la faire bruler comme encens.

    Je voudrais si cela est normal. Dans le cas contraire, que dois-je faire ?

    Merci beaucoup et passez une bonne fin de journée.

    Commentaire par Rachel — 23 novembre, 2008 @ 6:25

  2. je dirais que votre sauge a pris de la moisissure à cause de l’humidité ambiante dans le sac.

    je ne sais pas si utiliser le reste de la sauge est une bonne idée…

    Commentaire par payperclickmarketing — 24 novembre, 2008 @ 11:37

  3. Merci beaucoup pour votre réponse !

    J’ai aussi demandé à d’autres personnes et ils m’ont répondus à peu près la même chose. J’ai donc jeté le sac et la prochaine fois, je le mettrais dans un pot hermétique.

    Commentaire par Rachel — 24 novembre, 2008 @ 9:01


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :